L’essentiel de Noël

[current-page:url:path]

L’essentiel de Noël

Par Katia Curadeau

22 Décembre 2017

J’aime Noël parfois.  Ou du moins ce que représente Noël.

 

Je ne suis pas de ces fanatiques qui décorent à partir du 1er novembre. Ni de ceux qui s’enivrent à coup de lait de poule et des mêmes chansons de Noël qui passent en boucle.

Parfois, entre la course aux meilleurs cadeaux et la visite qui ne cesse d’entrer et de sortir, on finit par perdre de vue l’essentiel. Au-delà des films et des pains d’épices, l’essentiel qui fait de Noël l’un des plus beaux moments de l’année. Malheureusement, on remplit nos cartes de crédit, on s’angoisse pour une dinde trop cuite et on s’oublie un peu. On s’oublie et on laisse de côté ce qui importe réellement pour le troquer contre une bûche de Noël parfaite.

J’aime Noël parfois.

Quand les boissons chaudes festives arrivent dans les cafés. Pour les premières neiges qui tapissent les rues que l’on éclaire de lumières scintillantes.

Je l’aime encore plus lorsque quelqu’un qu’on aime nous confectionne un feu qui nous réconforte jusque dans les orteils. Ou bien quand les odeurs de cannelle et d’épices nous emballent les poumons.

J’aime Noël pour les sourires dans les magasins, pour les « Joyeux Noël » qu’on lance à la fin de toutes les conversations.

J’apprécie cette fête pour sa date, une fin décembre douce qui laisse place à un nouveau départ. Je l’apprécie encore plus pour sa froideur qui nous oblige à nous réchauffer auprès de nos êtres préférés.

Je lui lève mon verre pour tous ces déjeuners qu’on agrémente de mimosas. On les étire jusqu’en après-midi et on y fait le plein de souvenirs.

Je remercie Noël de nous pousser à prendre le temps de retrouver le plus important ; nos familles, nos amis, nous-mêmes, que l’on néglige parfois trop souvent. Au-delà des belles-familles qui nous tapent sur les nerfs, au-delà des biscuits ratés et du ménage que l’on doit refaire sans arrêt. Au-delà des dettes et des emballages cadeaux réside une fête remplie d’amour et de belles choses.

Au-delà de tout cela, il y reste des après-midi de procrastination en pyjama thématique sans culpabiliser une seule seconde. Des heures à prendre des bains avec les bulles de bain que l’on a reçues en cadeau. Il y reste des journées de ski qu’on termine avec une bière ou un chocolat chaud. Des parties de cartes qui n’en finissent plus autour d’une fondue.

Malgré que l’on s’égare quelques fois dans la pression du temps de fêtes, il y reste des petits bonheurs que l’on avait momentanément oubliés.

Il s’agit simplement d’y saisir toutes les opportunités pour se remplir le cœur avant la nouvelle année.

 

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Google +
  • Instagram
  • Vimeo