Femme Glam : Caroline Decoste, cette snob qu'on aime

Femme Glam : Caroline Decoste, cette snob qu'on aime

Par Heloïse Leclerc

10 Novembre 2015

Précédée d’une poussette, Caroline Décoste se présente à son entrevue dans une petite robe rétro. « Je n’ai pas trouvé de gardienne, mais on ne va pas s’empêcher de vivre pour ça ! », claironne-t-elle à l’équipe beauté. Dans sa voix, une pointe de défi : bienvenue dans l’univers de la plus adorable des snobs du Québec !

Journaliste pigiste, blogueuse bouffe, rédactrice, chroniqueuse, réviseure linguistique, travailleuse autonome, féministe et maman d’une petite fleur de quelques mois à peine, Caroline résume la chose simplement : « Je suis une slasher comme beaucoup de jeunes de ma génération. »

Se noyer dans les rangs

Tout enjoignait la jeune trentenaire à suivre une trajectoire plus conventionnelle. « Quand j’ai terminé mon bac en littérature, je me suis rendue compte que ce n’était pas l’idéal pour me trouver un emploi, alors j’ai fait un certificat en rédaction professionnelle et en révision linguistique. »

Caroline a ensuite trouvé un premier emploi au gouvernement, puis dans une boîte de comptables. « Ça m’a pris 4 ans pour me rendre compte que c’était à l’opposé de ce que j’étais. Au début, ça allait. Je me suis mise à être de plus en plus malheureuse. […] Les power lunchs, les power suits, les power associés, ce n’était pas moi du tout […] Je faisais de l’anxiété. Je me levais le matin, puis je partais à pleurer, j’avais de la difficulté à ouvrir la porte. »

Accepter un cadeau

Son amoureux assiste, impuissant, à cette longue descente en enfer. Noël 2010 arrive. Pour lui remonter le moral, il lui offre un présent original : un blogue tout neuf pour lequel il a acheté le nom de domaine Jesuissnob.com. « Le proverbial petit coup de pied, c’est lui qui me l’a donné », souligne Caroline, reconnaissante. Dès lors, elle y déverse sa verve, sa passion pour la bonne bouffe et ses opinions refoulées: Caroline la snob est née… et on l’écoute.

Saisir sa chance

Quelques mois s’écoulent. Un contact la recommande à la propriétaire de YQB média, Anne-Marie Boissonnault, qui œuvre alors au démarrage de 1608, un magazine style de vie à Québec.  Entre les deux femmes, c’est le coup de foudre. « Je l’ai rencontrée un lundi, le mercredi on allait prendre un gin ‘n tonic et elle m’offrait une job. Elle a été mon petit ange blond professionnel, parce qu’elle m’a demandé ce que je voulais, où j’avais envie d’aller. »

Poussée par ses amis qui l’enjoignent à quitter sa zone de confort, à se mettre en danger pour trouver son bonheur, Caroline accepte un mandat à temps partiel avec 1608, devient free-lancer et plus que  jamais, agent libre. Voir, Huffington Post et Radio-Canada lui confient aussi des porte-voix.

Briser le silence

« J’ai longtemps été dans le déni de ce que j’étais. Je ne voulais pas faire de vagues. En rétrospective, j’ai vécu des situations où j’aurais dû faire quelque chose […] De l’injustice, des cas de sexisme aussi. J’ai fini par en parler, mais j’ai hésité longtemps et je m’en veux. Peut-être qu’aujourd’hui je suis en train de compenser. Sur Facebook ou sur Twitter, quand je fais des Tweet fights, le classique. » Caroline admet qu’elle parle parfois trop vite, mais elle préfère encore la maladresse occasionnelle au silence coupable. Son combat du moment, reflet de sa nouvelle réalité de mère : le marketing « genré ». « Quand une mère dit qu’elle cherche des jouets « couleur garçon », je demande, c’est quoi, ça? […] Ça a l’air de pas grand chose, parfois, juste s’exprimer sur le web, mais quand tu peux écrire une seule chose qui va toucher une seule personne... »

Caroline s’esclaffe : « Combien de vedettes font des entrevues en changeant une couche ? » La question est ironique, la femme, elle, sans égale.

_________________________________________________________________________________

Dans le cadre de la série Femme GLAM, découvrez le travail la photographe Annie Simard!  Portraitiste à Québec depuis plus de 5 ans, elle propose l’expérience GLAM.as, une séance photo incluant la coiffure et le maquillage. Son super pouvoir: faire ressortir la beauté naturelle et lumineuse de ses clientes.

 CRÉDITS : Photographe : Annie Simard / www.anniesimardphoto.com  / www.glam-as.com info@anniesimardphoto.com (418) 563-8297 Assistante : Andréanne Gaulin-Riffou Coiffure : Johanne Guimond / Soho Coiffure 2336 Ch Ste-Foy, (418) 653-7646 Maquillage : Maryse Bélanger (418) 809-9135 maryse32.mb@gmail.com

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Google +
  • Instagram
  • Vimeo